Pourquoi le cadre culturellement incompétent est-il dangereux?

« Ah, mais je connais tout cela » est la réflexion que j’entend parfois quand je propose à un cadre à l’international de faire le tour de la question.
Ils sont les plus dangereux, ceux qui sont dans le déni, qui estiment que « tout va bien » et que « on n’a jamais eu ce genre de problème ».
Car c’est là que réside le danger : à force d’ignorer la problématique de la culture, on ne la prendra pas en compte lorsqu’un situation de crise apparaitra, et on cherchera ailleurs, trouvera (vraisemblablement) et appliquera des solutions inappropriées.

C’est anticipativement, qu’il faut s’assurer de la compétence culturelle des leaders.
Un exemple ?
Un manager ayant brillamment réussi en Belgique, fût nommé responsable d’autres marchés. Il appliqua sa recette habituelle : se montra un leader compétent, sachant ce qu’il faut faire, indiquant la marche à suivre et apportant des outils nouveaux qui tirent tout le monde vers le haut. Bref, l’homme providentiel apprécié dans notre culture.
Mais l’équipe allemande attendait un organisateur, mettant de l’huile dans les rouages, capable de constituer une équipe de spécialistes qui dominait la situation. Bref, un bon chef mécano.
Et l’équipe néerlandaise attendait un chef d’équipe consensuel, qui écoutera toute l’équipe et prendra les décisions démocratiquement. Bref, un bon médiateur.
Et l’équipe britannique attend un capitaine sur le bateau, qui coordonne les compétences, créent la cohérence qui permet d’atteindre le but. Bref, un chef charismatique, capable de créer une « équipe gagnante ».

Les mots « incompétences culturelles » n’apparaîtront pas dans l’observation des symptômes : disfonctionnements, mauvaises communications, conflits, échecs.

Le vrai leader est celui qui nourrit son équipe de ce dont elle a besoin : encore faut-il le savoir….

2 réflexions sur “Pourquoi le cadre culturellement incompétent est-il dangereux?

  1. Bonjour Jean-Pierre,

    Chacun de vos article est intéressant je trouve !

    Je cerne pas bien la différence entre l’équipe allemande et britannique par exemple, organiser, coordonner, n’est-ce pas synonyme ?

    Cordialement,

    • Je classe les Allemands dans la famille des « organisateurs », qui se caractérise – pour faire très court! – par un besoin de structure et d’organisation. Je classe les Britanniques dans la famille des « compétiteurs » qui se caractérise par un besoin de se mesurer, de se confronter et de tester constamment les meilleures options. Tout cela est bien détaillé dans le livre, je ne peux que vous engager à le lire. Merci pour votre commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s